Charley Davidson, tome 9 : Neuf tombes et des poussières, Darynda Jones

charley-davidson-tome-9-neuf-tombes-et-des-poussieres-801156Auteur : Darynda Jones

Editions : Milady

Genre : Fantastique

Pages : 476

Prix : 8,20€

Date de parution : 20 novembre 2013

Public : Adulte

 

Résumé

« VOUS SAVEZ, CES MAUVAISES CHOSES QUI ARRIVENT AUX GENS BIEN ? C’EST MOI.

Mon nom ? Jane Doe. En fait, pas vraiment, mais comme je ne m’en souviens pas… Oh, et je peux voir les morts. Plus bizarre encore, tous ceux qui m’entourent depuis que je me suis réveillée sans mémoire semblent me cacher des choses, surtout ce cuisinier hyper sexy qui me fait craquer et qui ment comme il respire. Mais je suis décidée à découvrir la vérité, quitte à devoir lui passer sur le corps… »

Ce que j'en ai pensé...

Moi : Non, non et non et puis quoi encore !
Maurice : Qu’est c….
Stella : Chuuuut !!!
Maurice : (chuchote) Qu’est-ce qui se passe ?
Stella : Tais-toi, bon sang ce n’est pas le moment.

Maurice : C’est lequel c’est fois ?

Mazette, quelle lecture géniale, incroyable, sexy (je vous jure ça existe !) et super addictive. Charley Davidson c’est ma drogue ! Comme un bonbon doux et réconfortant.

Mon dieu, quel plaisir de la retrouver dans ce neuvième tome. Bon, elle a quelques neurones qui ont grillés et un sérieux problème de mémoire mais, à part ça tout baigne pour elle.

Oh misères, j’ai failli oublier la team ! Cookie, l’oncle Bob, Garrett, Osh, Ange et Reyes qui reste fidèle à notre faucheuse préférée et sont là pour la soutenir et l’aider dans l’aventure sans queue ni tête qui l’attend. Et Charley ne serait pas Charley sans rajouter une dose de zinzins azimutés de la caboche qui essaie de lui faire la peau.

L’autrice réussi comme à chaque fois à me retourner le citron et à me mettre en PLS. Une fois de plus, un sacré coup de cœur et j’attends de lire la suite avec l’impatience d’une gamine de 5 ans excitée par les cadeaux de Noël.

Sans titre 1

« Le vrai nom de Bobert était Robert, mais, la première fois qu’il était venu au café, Cookie était devenue super nerveuse et lui avait fait signe de sortir. Aucune idée du pourquoi du comment.
-Il s’appelle Bob… ert, avait-elle dit.
-Le prénom de ton mari est Bobert ? Elle s’était retournée en riant doucement. Nerveusement.
-Robert. Je voulais dire Robert, même si beaucoup de gens dans les forces de l’ordre l’appelaient Bob. Moi pas. Toujours pas. Nan, c’est juste ce bon vieux Robert pour moi. Sauf à la maison. Des fois je l’appelle Bob à la maison. C’était beaucoup d’explications, mais ça n’avait pas dissipé la déception. Je souffrais de ne connaître personne du nom de Bobert. »

5-etoiles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *