Confess, Colleen Hoover

03- Confess Auteur : Colleen Hoover

Editions : Hugo Roman

Genre : New Romance

Pages : 344

Prix : 17,00 €

Date de parution : 07 avril 2017

Public : Adulte 

 

Sans titre 2

« Auburn Reed a des plans très précis pour son avenir, et elle ne laissera personne se mettre sur son chemin. Lorsqu’elle franchit la porte d’une galerie d’art à Dallas pour un entretien, elle s’attend à tout sauf à l’irrésistible attraction qui la pousse vers Owen Gentry. Cet artiste énigmatique semble avoir beaucoup de choses à vouloir cacher à tout prix. Pour tenter de découvrir ses secrets les plus intimes, Auburn va baisser toutes ses barrières, pour comprendre qu’elle risque bien plus gros qu’elle ne pensait.

 

Pour se construire, chacun devra tout confesser. Mais parfois, la vérité est plus douloureuse que le silence… »

Ce que j'en ai pensé...

O.M.G ! Fichtre, je m’étais pourtant jurée de ne pas dire ça ! Ma langue a fourché…

Colleen Hoover a encore une fois réussi à faire faire les montagnes russes à mon petit cœur (Alfred pour les intimes), j’ai même cru que j’allais le perdre à un moment ou un autre.

Dès le début, j’ai eu la gorge serrée et aussi plusieurs fois lors de ma lecture. Il faut dire que dans ses romans COHO ne nous épargne pas, j’ai tellement adoré Maybe Someday et Ugly love ! Confess ne déroge pas la règle ! Je crois même qu’il est un cran au-dessus.

Colleen Hoover a pour habitude de collaborer avec des artistes notamment pour Maybe Someday dont Griffin Perterson a réalisé la B.O. Pour Confess c’est vers un artiste peintre qu’elle se tournait, Danny O’connor dont les coups de pinceaux reflètent sans nul doute toute la personnalité d’Owen et ses états d’âmes.
 
Auburn et Owen sont aussi meurtris l’un que l’autre par leur passé mais, ce passé ne peut que les rapprocher ! Oui, parce qu’ils sont faits pour être ensemble ces deux-là !  Au début, j’ai quand même trouvé Aubrun faible de caractère ce n’est que par la suite que j’ai compris pourquoi (Maurice n’a pas apprécié d’ailleurs). Pour cette raison, j’ai d’autant plus apprécié son personnage qui se bat envers et contre tout, en ce qu’elle croit.

Owen, Owen, Owen… ou devrais-je dire O.M.G ! Zut, satanée langue ! Comment ne pas tomber sous le charme d’Owen Gentry ? Cet artiste torturé par un drame dont il se sent responsable, un homme protecteur qui s’inquiète du bien-être des personnes qu’il aime. Un type bien en somme ! Je zappe le physique ô combien séduisant du bonhomme …oui, bon c’est un beau gosse et je ne crache pas dessus mais, il encore plus beau à l’intérieur et je vous ai dit qu’il était drôle ?

Pendant toute ma lecture, j’espérais vraiment un happy end puisque deux personnages dont je ne citerai pas le nom m’ont vraiment, vraiment mise en rogne un plus que l’autre ! J’ai eu envie de distribuer des paires de claques.

Un fin un peu trop rapide, j’ai eu l’impression qu’il me manquait des scènes, à part ça j’ai adoré ! J’ai quand même versé une ou deux larmichettes. Un petit coup de cœur pour l’histoire d’Auburn et d’Owen, j’ai hâte de pouvoir me replonger dans un Colleen Hoover !

Sans titre 1

«  – Ça fait du bien, non ? demande-t-il avec un sourire malicieux.

– Jamais plus ne me laverai les cheveux toute seule.

Il m’embrasse sur le front.

– Et tu n’as pas encore goûté mes sandwiches.

J’éclate de rire et capte alors toute la tendresse de son regard ; je saisis que c’est ça que je veux. Le dévouement. Ça devrait être la base de toute relation. Si quelqu’un tient vraiment à vous, il n’en aura que plus de satisfaction à vous rendre heureux, plutôt qu’à chercher son propre plaisir. »

5-etoiles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *