Marche ou crève, Stephen King

05 - Marche ou grèveAuteur : Stephen King

Editions : Le livre de poche

Genre : Horreur

Pages : 379

Prix : 7,20 €

Date de parution : 2009

Public : Adulte

 

Sans titre 2

« Garraty, un adolescent natif du Maine va concourir pour « La Longue Marche » une compétition qui compte cent participants. Cet événement est très attendu. Il sera retransmis à la télévision, suivi par des milliers de personnes. Mais ce n’est pas une marche comme les autres, plutôt un jeu sans foi ni loi…

Garraty a tout intérêt de gagner.

Le contraire pourrait lui couter cher.

Très cher… » 

Ce que j'en ai pensé...

J’ai une grande admiration pour l’œuvre cinématographique tirée des romans de Stephen King, je les ai pratiquement tous vus pour l’essentiel : Carrie, Ça, Cujo, Dreamcatcher (un des seuls qui ne m’a pas plus) etc. Mais je n’avais jusqu’alors lu aucun de ses livres, c’est donc à 25 ans que j’ai lu mon premier Stephen King.

Voilà pour la petite intro, maintenant parlons du livre.

Marche ou crève, le titre ne peut pas être plus clair que ça !  Il faut être complètement fêlé de la casquette ou suicidaire pour s’engager dans « La Longue Marche » et pourtant nous allons suivre Raymond Garraty et certains autres participants pendant toute cette aventure. Le livre dans son ensemble est une critique ouverte à l’univers médiatisé et aux jeux de télé-réalité, qui est un peu laissé de côté (ce qui ne m’a pas dérangée outre mesure) pour se concentrer davantage sur les participants, leurs états d’esprits, leurs états physiques …

Tout le temps qu’a duré la marche, c’était comme si je marchais avec eux et je peux vous dire que je n’ai jamais eu autant mal aux pieds qu’en lisant ce livre. Oui, je peux vous l’assurer !

Les cent concurrents ont pour ordre de marcher nuit et jour sans s’arrêter à une vitesse de 6,5km/H, s’ils montrent la moindre faiblesse : « Avertissement » et au bout du quatrième c’est le « Ticket » bref ta cervelle est réduit en bouillie sur la chaussée.

Je me suis beaucoup attachée aux personnages de Garraty et de McVries, tous deux sont complémentaires et on a l’impression qu’ils se connaissent depuis toujours. J’ai ri avec eux, pleuré avec eux. Bref, je marchais avec deux de mes potes.

J’ai beaucoup aimé la plume de Stephen King, elle est fluide, le langage est certes cru, mais j’avoue que je préfère ce franc-parler plutôt que les ronds de jambes inutiles.

Je dois mettre tout de même un petit bémol en ce qui concerne la fin du roman que j’ai trouvée bâclée. On arrive trop vite au dénouement et les derniers participants tombent comme des mouches, j’aurais voulu un peu plus de suspense.

Pour un premier roman, j’ai  beaucoup aimé ma lecture et je renouvellerai l’expérience du Maître de l’horreur avec plaisir.

Sans titre 1

« Tout à coup, Curley se mit à hurler. Garraty tourna la tête. Le garçon était cassé en deux, il se tenait la jambe et criait. Il marchait toujours, si incroyable que cela parût, mais très lentement. Trop lentement.
Tout le monde ralentit alors, comme pour se mettre au même pas que Curley. Les soldats, dans le half-track, levèrent leurs fusils. La foule retint sa respiration, comme si les gens ne savaient pas ce qui allait se passer, les marcheurs aussi, comme s’ils n’en savaient rien non plus, et Garraty sentit battre son cœur. Pourtant il savait, ils savaient tous, c’était très simple : Curley allait recevoir son ticket.
Les crans de sûreté claquèrent. Les garçons s’écartèrent de Curley comme une volée de cailles. Soudain, il fut tout à fait seul sur la route ensoleillée.
— Ce n’est pas juste ! hurla-t-il. Ce n’est pas juste ! »

4-etoiles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *