Charley Davidson 2 : Deuxième tombe sur la gauche, Darynda Jones

Charley Davidson 2 - Deuxième tombe sur la gauche de Darynda Jones aux éditons Milady  Auteur : Darynada Jones

 Editions : Milady

 Genre : Bit-lit

 Pages : 416

 Prix : 8.20 €

 Date de parution : 23 août 2012

 Public : Adulte 

 

Sans titre 2

« VOUS SAVEZ, CES MAUVAISES CHOSES QUI ARRIVENT AUX GENS BIEN ? C’EST MOI.

Moi, c’est Charley, détective privée et faucheuse. « Compliquée » est mon deuxième prénom. Entre deux enquêtes, j’essaie de retrouver Reyes : le chaud comme la braise fils de Satan et mon fantasme personnel. Il est passé de « dans le coma à l’hôpital » à « disparu sans laisser de traces » en un claquement de doigts. Si je ne le retrouve pas rapidement, il risque de mourir. Et c’est après moi qu’en ont les démons qui le torturent : je suis censée leur permettre d’accéder au ciel. S’ils y parviennent… disons juste que ça ne sera pas beau à voir. Mais il n’est pas question pour autant que je laisse Reyes se suicider pour me protéger. Il est têtu quand il s’y met, mais je suis pire ! »

Ce que j'en ai pensé...

J’ai lu le premier tome de cette saga cet été, et je n’ai pas été emballé plus que ça par l’intrigue principal. En revanche, l’enquête secondaire concernant Reyes Farrow m’a carrément plus captivé normal vous avez vu la bestiole Grrrr ! Je suis tombée amoureuse de l’humour un peu décalé de Charley ce qui m’a valu quelques éclats de rire, de Roooh et de « elle est forte cette fille ». Rien que pour ça je lui ai laissé une chance de me convaincre avec ce deuxième opus qu’il a relevé le défi haut la main.

Dans ce tome 2, nous retrouvons Charley, 27 ans, détective privé et qui peut éventuellement voir et parler au mort. Une semaine après les événements de la fin du premier tome avec une nouvelle enquête sur le bras, non… en fait trois enquêtes : Une personne disparut, le-mec-mort-dans-le-coffre et retrouver Reyes Farrow. Notre Charley national a du pain sur la planche.

Je me suis laissée entraîner dans le monde Charley dans ce tome qui m’a convaincu dès les premières pages, j’ai retrouvé la fille piquante et déjanté du premier opus. On retrouve aussi Cookie la meilleure amie de notre héroïne que j’avais beaucoup apprécié durant la première enquête, mais qui était un plus en retrait. Là pour mon plus grand plaisir, elle prend part à celle-ci et accompagne Charley partout.

Ensuite nous avons Reyes à qui j’ai eu envie de dévisser la tête pendant tout le roman, non c’est vrai quoi en plus d’avoir un caractère de cochon, il est plus têtu qu’une mule et le mot est faible. On en apprend aussi, plus sur lui que dans le premier tome (ce qui m’a ravie) et je dois dire que ça promet.

Un autre personnage que j’ai adoré c’est Garrett Swpoes, j’aime bien ce type. Il est drôle avec ces répliques pourri que l’on n’oserait pas dire à haut voix, sexy et j’adore quand Charley et lui font « équipe »  oui parce que c’est deux-là forme un duo de choc ! Surtout pour s’engueuler.

Et enfin le reste de la famille Davidson, que j’ai appris un peu à connaître avec les bons et les mauvais côtés. Je déteste toujours autant la belle-mère de Charley, que je trouve totalement égocentrique. Bob Davidson dit « Obie » l’oncle surprotecteur, ou comme j’aime à l’appeler « super tonton » qui constamment dans l’ombre de sa nièce préfère.

L’action autour de l’enquête m’a collé quelques sueurs froides, mais je mets un bémol sur le dénouement qui était à mon goût un peu bâclé. Je m’attendais un mieux en ce qui concerne ce point du roman.

Parlons maintenant des dons de Charley qui sont Waouh ! Pas d’autres mots pour décrit cette fin qui m’a scié les jambes. Je ne m’attendais pas du tout, mais alors pas du tout à ça, je n’ai qu’une envie me jeter sur le troisième tome…

Le mot de la fin, si ne vous connaissez pas Charley Davidson foncés cette saga vaut vraiment le détour. 

Sans titre 1

« — Qu’est-ce que tu fais ? demanda-t-il d’une voix rocailleuse à cause de la fatigue et des médocs.
— Je mange ta glace, répondis-je à travers une énorme cuillerée de délice vanillé.
— Pourquoi tu manges ma glace ?
Vraiment, il posait des questions stupides.
— Parce que j’ai déjà mangé la mienne, tiens !
Il rit, puis se recroquevilla sous l’effet de la souffrance.
Il avait passé une éternité en salle d’opération, puis en salle de réveil. Ensuite, ils l’avaient mis dans une chambre parce que, malgré la quantité de sang perdu, sa vie n’était plus en danger.
— Tu es là pour me voir en caleçon ? me demanda-t-il.
— Tu n’en portes pas, lui rappelai-je. Tu portes une tunique de fille avec ventilateur de fesses intégré. »

Chapitre 16 : Charley Davidson et Garrett Swopes

4-etoiles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *